HREV LAC maintient différents processus d’accompagnement de peuples originaires au Panama. Dans la plupart des cas, il y a une relation étroite entre les mégaprojets économiques (mines, entreprises hydroélectriques, grandes infrastructures…) et les menaces aux droits territoriaux, à l’autonomie politique ou à la survie culturelle de plusieurs des peuples présents au Panama.

HREV accompagne plusieurs des peuples originaires dans le pays et a apporté son soutien à la présentation de rapports devant des commissions des Nations unies, à des processus légaux devant la Cour interaméricaine des droits de l’homme, à des missions d’observation indépendante dans des zones ou lors de périodes conflictuelles et a collaboré à la diffusion nationale et internationale des problèmes et des propositions indigènes.

Voir le rapport pour la 76ème session du CERD [comité pour l’élimination de la discrimination raciale] sur la discrimination des peuples indigènes au Panama (télécharger)

Certains de ces peuples et  notre travail:

Naso Tjër di

Depuis des décennies, le peuple Naso, constitué d’environ 4.000 personnes, lutte pour obtenir la reconnaissance de son territoire et de son autonomie politique grâce à la constitution d’une comarca, figure juridique prévue dans la législation panaméenne. Toutefois, les politiciens créoles ont fait traîner la création de la comarca Naso Tjër Di et ont mis en danger le territoire, situé dans une zone selvatique convoitée, juste à la frontière avec le Costa Rica.

L’entreprise hydroélectrique sur le fleuve Bonyik et les ambitions d’éleveurs de bétail et de grands propriétaires terriens dans les communautés de San San et de San San Drui ont entraîné déplacement forcé, persécution de leaders, répression…

HREV a accompagné les Naso dans leur lutte ces deux dernières années en leur apportant leur soutien, de la défense des droits humains à la visibilité nationale et internationale de leur cause.

 

Ngäbe-Buglé

Les Ngäbe  et les Buglé, peuples originaires majoritaires au Panama, maintiennent une dure lutte contre les mégaprojets miniers et touristiques qui menacent leur comarca appauvrie. Ils font face à de claires attaques à leur autonomie politique, à la persécution de leurs leaders et à un usage abusif de la force par l’Etat.

En 2010, une crise particulièrement grave a eu lieu lorsque les forces de sécurité de l’Etat ont brutalement réprimé une protestation Ngäbe dans la province de Bocas del Toro, faisant au moins 10 morts et 800 blessés. HREV a élaboré le seul rapport indépendant détaillé sur les violations des droits humains pendant ladite crise.

HREV apporte son soutien à ces peuples en tant qu’observateur indépendant de leurs processus et collabore dans les moments de crise par l’attention aux victimes de violations des droits humains ainsi qu’en rendant leurs problématiques visibles.

Rapport sur les violations des droits humains lors des protestations antiminières des Ngäbe et des Buglé (pdf en espagnol)

Rapport sur les violations des droits humains lors des protestations de Changuinola

Mission d’observation des élections dans la comarca Ngäbe Buglé

Vidéo sur les protestations de Changuinola

Emberá-Waunaan

Depuis des années, HREV mène une mission d’observation et d’assistance aux communautés Emberá et Waunaan de la frontière du Pacifique entre le Panama et la Colombie.

La pression des forces de sécurité du Panama et de Colombie, le signalement en tant que collaborateurs de groupes armés irréguliers qui opèrent près des communautés, ainsi que le harcèlement des narcotrafiquants mettent les petites communautés de cette région en danger permanent de déplacements temporaires ou de détention et de signalement des membres des communautés.

Leave a Reply